Document sans titre

CANTAL-LIENS

 

- reproduction textes et photos soumis à l'accord de Cantal-Liens-

 

association de liaison pour la généalogie et l'histoire populaire du Cantal

...La généalogie autrement

 

1694, ils ont porté la main à l'encensoir ...

 

 

 

Note du curé Degalauba relevée dans le registres paroissial des BMS de Montsalvy, 1630/1736 - Collect. com. - BMS - Année 1694 - p 240 droite et gauche) «  Dans le présent registre de 1693 sont écrits les mariages, baptêmes et mortuaires de la présente paroisse de Montsalvy. De 450 communions il en est mort cette année 111 de la famine plutôt que d’autre mal. La famine étant commune dans les quatre provinces voisines aussi bien qu’une espèce de peste, et la guerre dans toute l’Europe, les subsides ont été si forts cette année que le Roi ou ses ministres ne se sont pas contentés de taxer la noblesse et le tiers Etat. Ils ont porté la main à l’encensoir comme l’on dit. Il n’y a pas eu de taxes qu’on ait imposée sur les laïques que messieurs les gens de l’Eglise n’aient payées sous un nom emprunté et principalement messieurs les curés auxquels on à fait rendre toute l’argenterie qui était dans leurs églises pour payer les taxes … même à payer un tribut pour les droits de Registres des mariages, baptêmes et mortuaires. Le soussigné en a payé pour la somme imposée durant deux ans et la troisième année il a fallu que l’on paye 60 livres pour l’amortissement de ces Registres. Ceci est écrit afin que ceux qui seront à l’avenir prient Dieu qu’un pareil temps ne revienne où l’on était même en peine de faire porter les morts au cimetière. Il fallait que messieurs les curés les fissent enterrer dans les jardins ou au pied d’un arbre lorsqu’il en mourut dans les villages, ne se trouvant personne qui voulut faire l’office du … vieux Fabre c'est-à-dire qui voulut enterrer ou aider à enterrer les morts. Le lecteur remarquera encore que c’est cette même année que les vignerons du vignoble du Fel étant presque tous morts de misère les vignes sont demeurées sans être travaillées et il n’y a eu presque rien. Il est appréhendé qu’il n’y en ait moins à l’avenir ne se trouvant personne pour les travailler Sachent tous, présents ou a venir, que le présent Registre a coûté au curé 5 livres quoi qu’il ne soit composé que de trois feuilles, qui ont été délivrées au sieur Bonnefons pour la taxe des Registres que le Roi ou ses partisans ont imposée »