Document sans titre

CANTAL-LIENS

 

- reproduction textes et photos soumis à l'accord de Cantal-Liens-

 

association de liaison pour la généalogie et l'histoire populaire du Cantal

...La généalogie autrement

 

 

1789, Révolution contre révolution

 

Le moins que l’on puisse dire sur l’effet de la Révolution de 1789 dans nos campagnes est qu’elle ne provoqua pas beaucoup d’attachement. Seul fait significatif : l’insurrection paysanne qui éclatât dans le district d’Aurillac au printemps de 1792 et s’appuyant probablement sur une situation économique critique. Cette insurrection fut largement entretenue par un Club politique crée sur Arpajon en 1791. On relève sur Teissières les Bouliès l’évènement suivant : 
Le 8 vendémiaire an VI Pierre Baucares, agent municipal de la commune est assailli et poursuivi par une troupe de femmes en fureur qui lui lançaient des pierres en l’accusant d’être la cause de l’éloignement de leur curé.
Le dimanche qui suivit, un groupe d’hommes, après avoir bu toute la journée chez l’agent lui-même feignirent de se quereller entre eux. L’agent tentant de mettre le holà ces individus se ruèrent sur lui et allaient lui faire un mauvais parti s’il n’avait eu la présence d’esprit de s’enfermer dans sa boutique.
Le lendemain matin les individus revinrent pour renouveler leur violence de la veille. Tout fut mis à sac dans sa maison. Ils lui ont reproché d’avoir fait partir leur curé en ajoutant qu’il voulait leur faire la loi mais qu’ils se moquaient bien de lui et de sa loi.
Pour se mettre à l’abri de leurs mauvais traitements il leur a fait donner à boire et pendant qu’ils buvaient il s’est sauvé laissant sa maison et son mobilier à la merci de ces sauvages.
C’est à son attachement à la République qu’il dû les insultes qui lui furent prodiguées et la perte d’une partie de son mobilier.
Ce même dimanche les cloches sonnèrent dans la commune et une grand messe fut célébrée par un nommé Puech de la Gardelle, à laquelle assistèrent l’agent municipal et sa famille.
Après tous ces faits Pierre Baucares est intimement convaincu qu’il n’y a plus de sureté pour lui dans la commune. Il est résolu à s’en aller mais en voulant emporter le peu de mobilier qui lui reste. Il prie donc l’Administration de vouloir bien lui donner une escorte pour le transport de ce mobilier de Teissières à Aurillac où il a dessein de se fixer.
Par arrêté l’administration déclare :
-          que les faits ci-dessus seront dénoncés à l’accusateur public afin que les auteurs et complices soient poursuivis conformément aux lois.
-          Que l’administration du canton de Montsalvy donnera dans la décade les renseignements les plus précis sur l’opinion et l’attitude de l’agent municipal, sur la sonnerie des cloches, la célébration de la messe et la qualité du prêtre qui l’a dite.
-          -que quatre gendarmes escorteront le dit Baucares de Teissières à Aurillac 
(source : AD d’Aurillac, bureau des domaines, livre 51 folio 203)