Document sans titre

CANTAL-LIENS

 

- reproduction textes et photos soumis à l'accord de Cantal-Liens-

 

association de liaison pour la généalogie et l'histoire populaire du Cantal

...La généalogie autrement

 

Lettre du Maire de  Vic sur Cère au Préfet le 28 août 1914

 

Mairie de Vic sur Cère                                                          Vic sur Cère le 28 août 1914
Chef lieu de canton

 

 

Monsieur le Préfet,

 

J’ai appris le création à Aurillac, sous votre patronage, d’une Société de Secours aux Blessés.
Vous n’ignorez pas, Monsieur le Préfet, l’existence à Vic de l’Hôpital militaire n° 73, or cet hôpital manque de nombre de fournitures les plus nécessaires, par exemple de couvertures de laine, indispensables étant donnée l’altitude et aussi la saison des froids qui approche , d’équipement d’infirmiers obligés de conserver leurs habits civils, de fourniture d’épicerie : sucre, thé, chocolat, vins fortifiants, etc., etc.…
Je ne parle pas du linge de toutes sortes nécessaire à des blessés : chemises, tricot, flanelles, bas, linge de pansement, etc. que notre petite Société locale que nous venons de créer s’empresse et s’empressera de confectionner.
Mais, et c’est l’objet de ma lettre, notre localité ne possède pas les ressources que l’on trouve dans une grande ville. Je viens donc, Monsieur le Préfet, de vous demander l’aide de la Société que vous et nos amis allez constituer, n’osant nous adresser à la Croix Rouge à laquelle nous ne sommes pas affiliés, pour procurer à l’Hôpital militaire de Vic ce que Vic ne peut pas fournir et notamment des couvertures, tabliers et blouses d’infirmiers, fournitures d’épicerie et même de pharmacie. L’objet de ces réclamations vous étonnera peut-être, Monsieur le Préfet, mais le Service de Santé ne peut parait-il pas suffire à la complète installation et au parfait approvisionnement de tous les hôpitaux, d’où ma requête.

Comptant sur votre haute bienveillance à notre égard, je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de mes sentiments les meilleurs et très respectueusement dévoué,

Signé : le Maire de Vic : Gizolmet

 

 

 

 

 

On ignore la suite donnée par la Préfecture du Cantal à cette supplique mais il est à noter le manque cruel d’équipement de cet hôpital dès les premiers jours du conflit